Menu
AccueilApprendre le BIMLeçon 15: Lancement d'un projet BIM collaboratif

Leçon 15: Lancement d'un projet BIM collaboratif

Un projet collaboratif BIM n’est pas une simple affaire. C’est particulièrement vrai si le projet en question est un grand ouvrage (par exemple un gratte-ciel ou un grand hôpital), les participants au projet manquent d’expérience, ou les exigences BIM ne sont pas clairement définies. Cette leçon va présenter les trois critères principaux à considérer pour le consultant principal, le gestionnaire de projet ou l’acteur indépendant lors du lancement d’un processus collaboratif basé-modèle.


Cette leçon est également disponible dans d'autres langues. veuillez vous rendre sur http://www.bimthinkspace.com/translations.html afin de consulter la liste des épisodes disponibles dans une langue.

La version française continue ci-dessous. 


Introduction

Lorsqu’une équipe de projet est engagée pour délivrer conjointement un produit/service BIM, elle est requise pour coordonner les processus et éliminer les barrières lors des échanges. Ce n’est pas une tâche si difficile pour autant que les critères suivants existent : 1. Les objectifs BIM sont clairement définis par le client 2. Les principaux participants du projet ont un niveau de compétences BIM adéquat, bien assorti aux objectifs BIM 3. Il y a une volonté commune de collaborer et une compréhension claire de comment échanger les informations et données.  

Si le premier critère manque, il est réaliste de penser que le projet sera un exercice de patience, de compromis et de complète inefficacité. Toutefois si le client est bien au clair sur les livrables BIM à sa disposition, et sur les exigences de chacun de ces livrables, alors le cahier des charges peut être clair et concis. Ci-dessous un résumé sous forme de cartographie conceptuelle des livrables BIM potentiels organisés selon les phases du cycle de vie du projet. 

 

Fig. 1. Un résumé des livrables basé-modèle  

Pour satisfaire le deuxième critère, la capacité BIM des fournisseurs de services doit correspondre aux objectifs définis du client. Par exemple, si le client (c’est-à-dire le propriétaire) exige la fourniture d’un modèle coordonné tel que construit afin d’être utilisé dans un système de gestion du patrimoine et maintenance, alors le participant concerné doit avoir cette compétence. Si le client s’attend à ce que le modèle soit utilisé pour la fabrication hors site (par exemple panneaux préfabriqués ou façonnage d’armature, alors le participant chargé de cela doit être capable de livrer exactement ça. Toute disparité entre les exigences BIM du client et les capacités BIM du fournisseur de service est considérée comme une grosse inefficacité, un coût non nécessaire supporté par le client. 

Même lorsque les objectifs BIM sont bien définis et que les participants sont individuellement compétents, un troisième critère doit être satisfait – les objectifs et flux de travail communs. C’est-à-dire, pour qu’un grand projet BIM collaboratif puisse être lancé avec succès, l’équipe de projet doit vouloir communiquer, partager les risques, modifier les processus et échanger les connaissances. L’équipe de projet doit également savoir/apprendre à travailler ensemble : ce qui doit être modélisé (ou ne doit pas), ce qui doit être échangé (ou ne doit pas) et quand l’échanger. Atteindre une connaissance commune des outils de modélisation et de partage les plus efficaces, des processus et des protocoles est critique et ne sera jamais exagérée. Cette compréhension commune peut être ad-hoc (les problèmes sont résolus dès qu’ils surviennent) ou planifiée, exécutée et surveillée. Il est sans dire qu’une planification est infiniment plus efficace que les pratiques ad-hoc particulièrement si les flux de travail sont clairement définis, bien compréhensibles et testés.  

Un exemple de flux de travail Afin de fournir un exemple concret d’une approche structurée, vous trouvez ci-dessous un exemple de flux de travail représentant le premier pas vers le lancement d’un grand projet BIM collaboratif :  

Fig. 2. Projet BIM collaboratif – Flux de travail lancement Etape 1 

Le flux de travail ci-dessus décrit ce qu’un acteur BIM pourrait utiliser pour lancer le travail de collaboration basé-modèle. Le flux de travail est divisé en trois lignes et inclut un ensemble d’événements, tâches, données, et passerelles qui décrivent une progression logique afin de clarifier les objectifs du client, établir les compétences BIM et définir les objectifs et flux de travail communs. Alors que les tâches (rectangles arrondis) décrivent les activités principales attendues d’une équipe de collaboration, les données liées à ces tâches comprennent un ensemble d’informations qui sont soit des exigences ou soit des livrables. Ces données peuvent prendre la forme de guides, manuels, listes de vérification ou tout autre type d’informations structurées qui facilitent le partage des connaissances et l’échange de données. 

Les flux de travail tel que décrit ci-dessus varient selon les conditions de l’organisation, contractuelles et spécifiques au marché. Toutefois ils peuvent être instrumentales – même si génériques et incomplèts – pour la clarification des objectifs, pour la définition des étapes incrémentales et, plus généralement, pour augmenter l’efficacité d’un projet collaboratif BIM lors sa première phase, la plus critique. 

Pour résumer

Lorsqu’une équipe de projet embarque sur un projet collaboratif basé-modèle, il est important de garder en mémoire les principes clés suivants : La planification est importante pour la réalisation de tout projet de construction. Il va sans dire qu’une planification détaillée très tôt est critique pour les grands projets BIM collaboratifs. Les grands projets BIM collaboratifs sont par définitions complexes. Cette complexité doit être réduite de manière significative si on veut que les avantages du BIM soient maximisés. Une façon de réduire la complexité est via des diagrammes simplifiés, cartes conceptuelles et flux de travail visuels. L’utilisation d’un langage structuré a ses avantages, toutefois n’importe laquelle des représentations graphiques claires sera acceptable.  

Finalement, le lancement d’un grand projet BIM collaboratifs peut se révéler très exigeant en l’absence d’objectifs clairs, de participants compétents et connaissances convenues. La clarification des objectifs du client aussi tôt que possible, l’évaluation/alignement des compétences BIM des participants, et le développement/utilisation de flux de travail clairs peuvent réduire la complexité des projets de manière significative et augmenter l’efficacité. 

La prochaine leçon va traiter de la compréhension du pseudo BIM

Leçon 16: Comprendre le pseudo BIM

 

Traduit par Patrick Riedo

Publié le 05/03/2016

L'Episode original en anglais, intitulé "Initiating a collaborative BIM project", est disponible sur le site de BIM ThinkSpace http://www.bimthinkspace.com/2011/02/episode-15-initiating-a-collaborative-bim-project.html

 

 

Aller au haut