Menu
AccueilApprendre le BIMLeçon 16: Comprendre le Pseudo BIM

Leçon 16: Comprendre le Pseudo BIM

Le Pseudo BIM est un terme qui décrit l’affirmation exagérée – et quelque fois malhonnête – d’utiliser ou de fournir des produits et services BIM. Une organisation qui utilise le Pseudo BIM est typiquement engagée dans la promotion non prouvée de son aptitude BIM au travers de ses employés, site Internet, soumissions de projets et/ou matériel publicitaire. Comme la Pseudo Ecologie avant lui, le Pseudo BIM est en augmentation sur les marchés avec une valeur attribuée aux outils et flux de travail BIM, et où les clients demandent de plus en plus d’avoir des modèles qui font partie des livrables d’un projet.  


Cette leçon est également disponible dans d'autres langues. veuillez vous rendre sur http://www.bimthinkspace.com/translations.html afin de consulter la liste des épisodes disponibles dans une langue.

La version française continue ci-dessous. 


Une partie du Pseudo BIM peut être attribué à la confusion qui règne autour du terme BIM lui-même; involontaire et inoffensif jusqu’à un certain degré. D’autres activités toutefois sont plus volontairement mensongères. C’est certainement le cas pour les nombreuses tentatives de vendre des services BIM qui n’ont pas encore été développés, ou qui n’atteignent de loin pas les exigences des clients.  

Le Pseudo BIM est non seulement problématique pour les clients qui engagent des fournisseurs de services (architectes, ingénieurs, entrepreneurs, …) qui se posent de manière trompeuse comme des experts BIM, il est également problématique pour les fournisseurs de services eux-mêmes. En rendant les choses plus floues, le Pseudo BIM peut causer un tort significatif à ceux qui ont investi beaucoup de temps, d’argent et de travail dans le développement de vraies capacités et pour affûter leurs livrables BIM. 

Définir le Pseudo BIM

Le terme Pseudo BIM (BIMwash) est dérivé de Pseudo Blanc (whitewash), « Une peinture ou chaux blanche bon marché utilisée afin de donner une apparence propre sur une grande variété de surfaces ». Le Pseudo blanc signifie de « couvrir les défauts, vices, crimes ou scandales ou de les exonérer au moyen d’une fausse représentation des données ».  

En soit, le Pseudo BIM est la tentative de cacher les imperfections (incompétence BIM), tout en faisant en même temps la promotion d’aptitudes et de références en BIM qui ne représentent pas la réalité. En utilisant une définition plus facilement mesurable, le Pseudo BIM est lorsque :

Revendication BIM > Compétence BIM  

Le Pseudo BIM existe lorsque les revendications BIM d’un individu, une organisation ou une équipe de projet sont plus grandes que ses compétences à livrer ce qu’il revendique pouvoir faire. Cette formule signifie que, dans le but de mesurer précisément le Pseudo BIM, la compétence BIM doit tout d'abord être comprise et mesurée. 

Comprendre la compétence BIM

En tant que terme, la compétence BIM fait référence à un large groupe de livrables BIM et à leurs exigences respectives. Etre compétent en BIM est une étiquette qui peut être appliquée à différents niveaux : aux individus (architectes, ingénieurs, gestionnaires de projet,…), aux organisations et aux équipes de projet :  

Un individu compétent en BIM est quelqu’un qui possède le savoir-faire, la connaissance et l’expérience en BIM. Un ingénieur compétent en BIM par exemple est non seulement capable de générer un modèle 3D riche en données en utilisant un logiciel BIM, mais il peut le faire d’une manière opportune et selon des hauts standards.  

Une organisation compétente en BIM est une organisation qui a fourni (et non pas qui peut fournir) des produits et services BIM de haute qualité. Cette organisation ne possède pas uniquement des individus compétents en BIM, mais elle les soutient avec des systèmes, standards et support adéquats. 

Une équipe de projet compétente en BIM est un groupe d’organisations qui – en plus d’avoir des individus compétents en BIM – a acquis (et non pas est capable d’acquérir) l’expérience nécessaire pour livrer conjointement des services/produits BIM en utilisant des standards communs, des systèmes collaboratifs ou des flux de travail optimisés. En utilisant les niveaux organisationnels ci-dessus, explorons brièvement comment deux typiques Pseudo BIM, ou revendication non prouvée, prennent forment.  

Pseudo BIM individuel

Les revendications non prouvées de compétence BIM par les individus sont répandues durant le processus de recrutement. Les individus qui recherchent un emploi dans une organisation qui exige certaines compétences BIM – peuvent revendiquer qu’ils possèdent des aptitudes en BIM ou une expérience significative en BIM. Ces revendications se retrouvent dans les CV soumis, sont promues par les agences de placement, ou entendues à satiété dans l’intimité des salles d’entretien. Ces revendications peuvent s’avérer vraies ou – le plus souvent – ne sont qu’exagérations et inexactitudes. Les chefs de projets qui se sont retrouvés à la réception des individus avec des revendications erronées pourraient témoigner comment une personne recrutée – après avoir revendiquée être compétente durant le processus de recrutement – s’est avérée être incompétente et a même considérablement ralenti une équipe toute entière durant une phase critique du projet.  

Pseudo BIM dans les organisations

Les organisations – et par extension les équipes de projet – peuvent revendiquer des compétences BIM spécifiques dans l’espoir de gagner/satisfaire des clients ou d’obtenir de nouveaux projets ou partenaires. Ces revendications sont présentes spécifiquement dans le matériel publicitaire (site internet, présentations, déclaration de compétences, etc…) et dans les soumissions de projets, spécialement lorsque le terme BIM a été inséré de manière peu claire par un client majeur dans un appel d’offres ou similaire. Dans beaucoup de cas, des organisations qui ont publiquement fait la promotion de leur leadership BIM ou capacité BIM supérieure, se sont en fait révélées être sans les structures de base qui permettent de livrer un produit ou service BIM.  

Les autres auteurs du Pseudo BIM

En plus des fournisseurs de services – les coupables typiques – le Pseudo BIM est également pratiqué par :

  • Les éditeurs de logiciels et leurs revendeurs qui exagèrent les avantages d’un outil en particulier et prétendent que leur produit est une solution BIM complète.
  • Les clients/propriétaires qui requièrent un produit/service BIM qu’ils ne comprennent pas ou – lorsqu’ils le reçoivent – n’ont pas la capacité interne de l’utiliser ou le maintenir correctement.
  • Les consultants et conseillers en BIM qui exagèrent les effets de leurs services sur les processus de déploiement.  

Les quatre niveaux de Pseudo BIM

Pas tous les Pseudo BIM sont de la même intensité. Des formes moins graves de Pseudo BIM peuvent être inoffensives jusqu’à un certain point alors que d’autres peuvent se révéler malveillantes et sérieusement perturbatrices. Afin d’aider à combattre le Pseudo BIM, il est utile d’identifier ses quatre différents niveaux.

Niveau 1 : Confusion ou Pseudo BIM involontaire. Cela arrive lorsque les processus et protocoles ne sont pas bien compris ou perçus comme similaire à la CAO. C’est lorsque les échanges basiques de modèles sont confondus avec la collaboration basé-modèle. Lorsqu’un serveur modèle est confondu avec un serveur fichier ou un système de gestion de document. Ceux qui n’ont pas compris les implications à de multiples niveaux des concepts BIM peuvent par inadvertance induire en erreur leurs clients, les partenaires de projet voire eux-mêmes. (voir Fig.1 ci-dessous)

Fig. 1. Pseudo BIM Niveau 1, confondre X avec Y  

Niveau 2 : Inexpérience ou Pseudo BIM bas niveau. Le Pseudo BIM causé par l’inexpérience se manifeste lorsque le lien entre le livrable BIM et ses exigences n’est pas reconnu ou lorsque seuls certains livrables BIM (les plus facilement atteignables) et leurs exigences sont compris. C’est également lorsque les livrables BIM de base (tels les dessins coordonnés et les détections de conflits) sont promus comme des innovations d’avant-garde. Pour les inexpérimentés, le BIM est similaire à un iceberg – seule une petite partie des exigences /livrables BIM sont visibles alors que la plupart demeurent cachés sous la surface (voir Fig.2). Cette inexpérience, dans les mains d’un département publicité prématurément enthousiaste, peut engendrer un important Pseudo BIM.  

Fig. 2. Pseudo BIM Niveau 2, en voir une partie mais en manquer beaucoup

Niveau 3 : Exagération ou Pseudo BIM niveau moyen. C’est lorsque les compétences BIM existent, mais qu’elles sont volontairement promues bien au-delà de leur niveau actuel. C’est similaire à raconter une histoire vraie mais y ajouter quelques effets spéciaux type Hollywood (Fig. 3) Un exemple d’exagération est lorsqu’une entreprise de niveau national revendique (via son site internet, déclarations de compétences, etc…) des compétences BIM qui n’ont en fait uniquement été partiellement réalisées par une succursale locale et sur une poignée de projets.  

Fig. 3. Pseudo BIM Niveau 3, Exagérer les choses hors de proportion

Niveau 4 : Illusion ou Pseudo BIM grave. C’est quand les compétences BIM sont de l’ordre de la fiction. Là c’est carrément un film, bien que très bien présentée, où toute l’histoire n’a jamais, et ne sera jamais, vraie. C’est lorsqu’un fournisseur de services BIM soumissionne avec succès en tant que compétent en BIM et obtient un grand projet BIM. Sous l’illusion du Pseudo BIM, les vraies capacités et l’incompétence grave sont impossibles à distinguer.  

 

Fig. 4. Pseudo BIM Niveau 4, la promotion de ce qui n’existe pas!

En conclusion

Le Pseudo BIM – comme la Pseudo Ecologie – va proliférer dans l’industrie. Ceci en raison d’un nombre croissant de clients qui requièrent maintenant le BIM. En l’absence d’évaluation/certification indépendante, le Pseudo BIM fausse le marché de la construction en rendant les déclarations de compétences de ceux qui possèdent des compétences BIM inventées impossibles à distinguer de ceux qui possèdent de vraies compétences difficilement gagnées. Comprendre le Pseudo BIM est donc le premier pas afin de le détecter. Dans une prochaine leçon, je décrirai quelques approches possibles pour le combattre – et à la fin – le neutraliser.  

Notes:

La revendication BIM est ce qu’un individu, une organisation ou une équipe de projet choisit d’identifier publiquement comme étant l’étendue de leurs compétences en BIM

La compétence BIM est un terme qui combine la maturité et la capacité BIM. La compétence BIM peut être appliquée aux individus, organisations et équipes de projet. Ceci sera expliqué plus en détail plus tard.

Si la revendication BIM < la compétence BIM, alors vous manquez des opportunités en marketing.  

La prochaine leçon va traiter de la compétence BIM individuelle

Leçon 17: Compétence BIM individuelle

 

Traduit par Patrick Riedo

Publié le 28/03/2016

L'Episode original en anglais, intitulé "Understanding BIMwash", est disponible sur le site de BIM ThinkSpace http://www.bimthinkspace.com/2011/06/episode-16-understanding-bim-wash.html

 

Aller au haut